Obtenir Adobe Flash Player

Qui sommes-nous

Accueil > Qui sommes-nous > A épingler

A épingler

Rapport d'activités 2014

Le rapport d'activités de Faune & Biotopes est désormais disponible ! Découvrez les activités eet résultats obtenus en 2014 sur le terrain en parcourant ces quelques dias. Bonne lecture à tous !

 

Barrage de Nisramont et biodiversité de l'Ourthe

Barrage de NisramontCe barrage de 17 mètres de haut construit dans les années 50' modifie les débits, le transit sédimentaire et la température de l'eau.

L'objectif de l'étude est d'améliorer la situation pour la flore et la faune de l'Ourthe en aval de ce barrage, par ailleurs très concernées par la législation Natura 2000.

Deux années seront nécessaires pour réaliser des campagnes de mesures et formuler des propositions concrètes, durables et réalistes aux différents gestionnaires du site

Les couverts "faune" ... au banc d'essais

Voici les nouveaux couverts sélectionnés pour être favorables à la faune sauvage des plaines (couvert de reproduction, d’abri, nourriture, pénétrabilité…), tout en étant agronomiquement intéressants (facilité d’implantation, concurrentiel vis-à-vis des adventices, coût…). C’est le résultat d’années d’essais au champ menés par Faune & Biotopes, avec l’appui du SPW !

Ils sont présentés sous forme de fiches techniques destinées aux agriculteurs. Vous trouverez l'ensemle des fiches sous "Habitats agricoles > Réalisations" ou simplement en cliquant ici

Vous pouvez également consulter l'article paru dans le Sillon Belge.

Tableau Couverts faune

Pr. Jean-Pascal van Ypersele

Le Pr. Jean-Pascal van Ypersele, "ambassadeur" de Faune & Biotopes !

Jean-Pascal van Ypersele

Photo: ©Jacky Delorme (UCL)

Bien connu du public pour son implication à propos du changement climatique, le Pr. Jean-Pascal van Ypersele, en acceptant d'être ambassadeur de l'asbl, nous honore et nous offre un bel encouragement à poursuivre nos actions en faveur de la gestion durable des habitats et des espèces !

Le Pr Jean-Pascal van Ypersele (Bruxelles, 1957) est Docteur en sciences physiques, climatologue, professeur ordinaire à l'UCL. Après une recherche doctorale menée aux Etats-Unis, il s'est spécialisé dans la simulation des changements climatiques à l'aide de modèles. Dans une perspective interdisciplinaire, il mène des recherches sur l'effet des activités humaines sur le climat et vice-versa. Il est membre du Conseil Fédéral belge du Développement Durable et en préside le Groupe de travail « Energie et climat ». Il y stimule un dialogue constructif entre acteurs d'opinions parfois très divergentes.

Il participe régulièrement aux grandes conférences des Nations unies sur le climat, comme conseiller scientifique de la délégation belge. Il a joué un rôle-clé dans la création en 2002 du programme de travail des Nations unies pour développer la communication et l'éducation en matière de changements climatiques.

En 2008, il a été élu Vice-président du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, le panel d'experts des Nations Unies qui a partagé avec Al Gore le Prix Nobel de la Paix en 2007). Inter Environnement Wallonie lui a décerné une « Palme pour l'environnement » en 1999. Le Conseil de l'éducation permanente de l'ULB l'a nominé pour le Prix Jean Teghem (vulgarisation scientifique) en 2000. En 2006, il a reçu le Prix spécial « Energie et environnement Award » de la Fondation Polaire Internationale. En 2007, il a été mis à l'honneur par la Province du Brabant-Wallon. En 2008, il a été titulaire de la Chaire Francqui à l'ULB et a reçu la médaille de l'ULB. En 2009, il a été élu Membre de l'Académie Royale de Belgique. En 2010, il a été nommé membre d'honneur du Club de Rome. En 2011, il a été nommé « Citoyen d'honneur » de la Ville de Dinant et le Gouvernement wallon l'a élevé à la dignité de Commandeur du Mérite wallon (la plus haute distinction). Il est également titulaire de la chaire Francqui à HUB Brussel.

Alain Hubert


Illustre explorateur et fondateur de la Fondation Polaire Internationale, Alain Hubert, pour notre plus grande fierté, devient en 2013 ambassadeur bénévole de Faune & Biotopes.

Alain Hubert

Alain Hubert, ingénieur civil de formation, est entrepreneur, explorateur polaire, guide de montagne (UIAGM), et conférencier.

Ses exploits sportifs - souvent combinés à des recherches scientifiques - ont permis à Alain Hubert de se faire connaître du grand public. Il rejoint le Pôle Nord depuis le Canada en 1994 et réalise la plus grande traversée de l'Antarctique en 1998 à l'aide de voiles de traction - aujoud'hui bien connues du grand public avec le développement du kite surf . En 2007, il accomplit avec Dixie Dansercoer la première traversée à pied de la Sibérie au Groenland.   C'est à travers ses nombreuses expéditions polaires et himalayennes qu'il prend conscience de la fragilité de notre planète.

En 2003, Alain Hubert est nommé Grand Officier de l’Ordre de la Couronne. Durant la même année, il reçoit également le prix Georges-Lemaître International pour services rendus à la Science. En 2008, il est le premier à recevoir le prix « Climate Change » de la Fondation Albert II de Monaco. En 2009, il est nommé Docteur Honoris Causa de l’Université de Hasselt et reçoit le Harvard Leadership Prize par le Harvard Club of Belgium.  

Il est le fondateur, avec les Professeurs André Berger et Hugo Decleir, de la Fondation Polaire Internationale (IPF -www.polarfoundation.org), une plate forme entre science et société qui se consacre à mettre en évidence l’importance ds pôles et des sciences polaires dans la compréhension des changements climatiques: moteur d'action pour le changement de nos sociétés humaines.

Durant ces dernières années, Alain Hubert s’est consacré, avec l'IPF, à la conception, le financement, la construction et les opérations de la première station de recherche polaire « Zéro émission » basée en Antarctique : la station polaire "Princess Elisabeth".

Faune & Biotopes est particulièrement fier de pouvoir compter parmi ses ambassadeurs un grand homme, connu pour son engagement et son enthousiasme envers l’humain et l’environnement !

Quelques suivis à la loupe!

  • Le lièvre : comptage par IKA

    Mode de comptage couramment utilisé, l’IKA (Indice Kilométrique d’Abondance) sert à recenser les lièvres de nuit surun parcours prédéfini. Le tracé (d’une longueur approximative de 20 à 30 km) se réalise en voiture avec à son bord 2 ou trois personnes (habituellement deschasseurs locaux). Les plaines situées sur le parcours sont éclairées à l’aide de phares (technique dite du « bac à lumière ») de longue portée qui permettent l’identification d’un lièvre jusqu’à 150 à 200 mètres, voire 400 à500 m à l’aide de jumelles.

    Habituellement, l’IKA se réalise durant les mois de février-mars, une heure après le coucher dusoleil par temps calme et sec. Il est préférable d’annuler la sortie en cas de pluie intense ou de brouillard, qui diminuent fortement la visibilité. Préétabli sur carte IGN, le circuit doit être parcouru durant deux à trois soirées relativement proches. Un autre passage réalisé après les moissons pourrait permettre de suivre l’évolution de la population au cours de l’année et d’adapterles prélèvements en conséquence. L’indice kilométrique d’abondance permet de déterminer le nombre moyen de lièvres observés par kilomètre parcouru. Demanière générale, une population dont l’IKA est supérieur à 1 peut être soumise à un prélèvement cynégétique.

    Outre les lièvres, de nombreuses autres espèces sont observées durant la nuit telle cette bécasse des bois.

Bécasse des bois (Scolopax rusticola)

Intéressé de participer aux futurs comptages 2014 ? Laissez-nous vos coordonnées à l’adresse suivante : mailto: sgheysens@faune-biotopes.org


  • Le faisan de Colchide : suivi des coqs chanteurs

    Le recensement des coqs chanteurs est une méthode reconnue pour recenser les populationsde faisans. Bien que non exhaustive, cette méthode (écoute à poste fixe desmâles marquant leur domaine vital) permet de connaître assez précisément le nombre de coqs présents sur un territoire.


    Faisan de Colchide (Phasianus colchicus)


    Particulièrement utile pour un gestionnaire, cerecensement, couplé avec l’observation du nombre de jeunes par poule faisanea près les moissons, permet de fixer un guide de prélèvement pour la future saison cynégétique.

    Intéressé de participer aux futurs comptages 2014 ? Laissez-nous vos coordonnées à l’adresse suivante : mailto:sgheysens@faune-biotopes.org
  • Exemple de suivi ornithologique sur la plaine de Sart-Risbart

    Depuis 2011,en partenariat avec Faune & Biotopes, de nombreux aménagements en faveur dela faune sauvage voient le jour au sein de la plaine agricole de Sart-Risbart. On y retrouve maintenant, parmi les cultures, plusieurs hectares de mesuresagro-environnementales, des mares variées, des kilomètres de haies multispécifiques,… Les relevés réalisés par les membres de l’ASBL, montrent le réel intérêt de ces aménagements pour l’avi faune des plaines !

    Plusieurs espèces emblématiques sont régulièrement observées sur le site dont le Hiboux des marais (Asio flammeus), le Bruant proyer (Emberiza calandra) et le Tarier pâtre (Saxicola torquatus). Certain esespèces réagissent très vite aux aménagements spécifiques et montrent des progressions de populations impressionnantes. La Linotte mélodieuse (Carduelis cannabina) par exemple, estpassée progressivement de 6 individus observés en 2011 à plus de 30 aujourd’hui (protocole d’observation identique mené, dans ce cas, durant la mi-avril 2011, 2012 et 2013).

    Œufs de vanneaux huppé (Vanellus vanellus)

    Notre objectif est de renforcer le maillage écologique des plaines agricoles tout en recensant régulièrement la faune sauvage afin d’évaluer les évolutions et les réactions des diverses populations face aux aménagements mis en place.

    Des visites  de terrain seront organisées (si intéressé contactez mailto:isaad@faune-biotopes.org)

Le Soir parle de nous : Dessiner la campagne pour accueillir la faune locale

Sart-Risbart. Vouée à l'agriculture, une vaste plaine sise entre Sart-Risbart, Opprebais et Malèves est en train de changer. Des plantations diverses visent à favoriser le retour de la faune locale.

Les promeneurs l'ont sans doute remarqué : depuis plusieurs mois, la campagne située entre les villages de Sart-Risbart, Opprebais et Malèves-Sainte-Marie-Wastines est en pleine mutation. Pas tant à cause des cultures qui s'y succèdent mais bien des mesures agro-environnementales qui y sont appliquées.

Au centre de ce changement, un homme : Luc Regout… même si ce dernier refuse de tirer la couverture à lui et ne cesse de rappeler que rien ne serait possible sans la collaboration des propriétaires et exploitants du coin. C'est pourtant lui, qui, depuis qu'il est devenu propriétaire de la Grande-Risbart (une ferme sise à l'entrée de Sart-Risbart), a réussi à fédérer pas mal de monde autour d'une idée bien précise.

« L'objectif est de voir s'il est possible de faire revenir ou augmenter la population de certaines espèces locales grâce à une série d'aménagements naturels… sans pour autant nuire aux agriculteurs et à la rentabilité de leur travail, explique Luc Regout. Ce qui m'amuserait ? Qu'à terme, qu'on constate effectivement que ces gestes sont bénéfiques pour la faune et n'empêchent pas une agriculture de qualité, durable… ainsi que ça fasse tâche d'huile par la suite. »

Le phénomène est en marche. Un petit tour dans la plaine constitue le meilleur moyen de s'en convaincre. Première illustration après quelques mètres à peine : à côté de nouvelles haies d'aubépines, de la végétation a été plantée sur les berges d'un étang afin d'en oxygéner l'eau. Un peu plus loin, un bosquet d'une cinquantaine d'arbres a été créé avec une haie sur son pourtour. De quoi fournir d'ici plusieurs années du hêtre, du chêne, du merisier et du frêne destiné à la vente.

La suite donne à voir des bandes enherbées le long de certains champs, des lignes de radis, tournesol, luzerne, trèfle… qui fourniront de la nourriture à la faune durant l'hiver. Tandis qu'ailleurs, c'est aux lièvres qu'un abri est fourni par diverses plantations. Quant à la parcelle de noyers, elle ne tardera pas à livrer ses premiers fruits. Dernier exemple (parmi de très nombreux autres) : la mare creusée fin septembre 2011 à un endroit généralement sec. Elle est aujourd'hui remplie grâce à la technique de la fosse à rosée. Le principe ? Isoler la mare du sol à l'aide de paille, d'argile…

« Le but est de convaincre petit à petit d'autres agriculteurs de faire de même, note Christophe Manssens, de l'ASBL Faune et Biotopes, qui accompagne le projet. D'autant que ces mesures, qui permettent aussi de structurer et de varier le paysage, sont subsidiées par divers organismes et peuvent donc s'avérer rentables. Il suffit de le montrer aux intéressés. »

Et que dit la buse pattue ?

Du côté des communes d'Incourt et de Perwez, les autorités ont vite suivi le mouvement : la première a placé 800 m de jeunes arbres le long de chemins tandis que la seconde a fait de même sur 1.400 m. « Quand Luc Regout est venu vers nous, nous avons directement marché », se souvient Carl Cambron, le bourgmestre f.f. de Perwez. Et l'échevine incourtoise Nathalie Alsberge d'ajouter que « tout s'est fait en concertation avec les agriculteurs ».

Reste maintenant à vérifier si la faune répondra positivement à l'invitation lancée dans la plaine. Qu'il s'agisse de la buse pattue, du bruant proyer, du verdier, de la linotte mélodieuse… : tous sont les bienvenus.

Source : lesoir.be – article de Geoffroy Herens du jeudi 12 avril 2012.

Colloque : « Demain la chasse : comment reprendre l'initiative ? » 26 juin 2012, Namur

Grand succès (300 participants) pour ce colloque organisé par Faune & Biotopes et Wildlife & Man, avec l'appui du SPW.

Ce colloque était résolument orienté "solutions", pour améliorer la situation de la faune des plaines agricoles.

Terres vivantes, une gestion alternative et intégrée de votre domaine.

Dans la droite ligne de son objet social, Faune & Biotopes propose une gestion alternative des propriétés privées : la priorité est donnée aux productions de qualité, dans le respect du patrimoine naturel ; le choix des actions est guidé par les résultats à long terme sur la valeur du patrimoine dans son ensemble.

En savoir plus ...

Le Jardin extraordinaire s’intéresse à nos actions

Stream and River Consult, un nouveau partenariat privilégié !

Après le rapprochement tout naturel entre Solon et Faune & Biotopes, nous sommes heureux de vous annoncer un nouveau rapprochement qui devrait aboutir sur des belles réalisations en faveur des habitats liés aux milieux aquatiques. Stream and River Consult est une entreprise spécialisée dans l’aménagement et la gestion écologique des milieux aquatiques.

Compatibilité entre les législations agricoles et environnementales !

Agriculteurs, tous les petits éléments du maillage écologique sont maintenant primés.
Conservez-les !

Voici une toute belle avancée pour la biodiversité de nos plaines agricoles. C’est le résultat de plusieurs mois de discussions au sein de l'administration wallonne en charge de l'agriculture et de l'environnement (DGARNE). Merci à tous ceux qui ont fait “ remonter ” les incohérences entre réglementations agricoles et environnementales wallonnes.

Mise à part une liste fermée d'éléments inéligibles, les emprises de tous les autres éléments naturels sont éligibles aux "droits au paiement unique" (primes PAC) : arbres ou buissons dans les parcelles, petits cours d'eau, fossés, talus, haies, mares, etc. !
En savoir plus….

Rem. : Ce premier résultat très positif pour la nature en zone agricole concerne l’éligibilité des parcelles agricoles. Le travail se poursuit au sujet de la « conditionnalité » des aides ; de grands progrès peuvent être faits dans ce domaine et nous y plaçons beaucoup d’espoir.

Solon et Faune & Biotopes associés !

Le rapprochement entre les associations Solon et Faune & Biotopes était tout naturel. Les deux structures ont pour objet la connaissance approfondie des écosystèmes (forestier pour Solon et rural pour Faune & Biotopes). La diffusion des connaissances acquises devant servir à des fins de maintien, de protection et d’amélioration de ces patrimoines. Les deux associations se veulent également être un trait d’union fédérateur entre divers groupements concernés par la gestion du milieu rural.

www.solon.be